L'année de
Richard

QUI EST CET HOMME JEUNE ET BEAU QUI SE FAIT ÉLIRE SANS AVOIR DE PARTI ?

 

De quoi Richard est-il le nom ? Qui est cet homme froid et sournois qui se fait élire en dehors de tout système démocratique ? Qui est cet homme rouge et criard qu’on élit par refus d’autres partis ? Que se passe-t-il lorsqu’on laisse la peur prendre le pouvoir ? Richard est beau et séduisant, il caresse la joue des petits enfants et prend des vacances au soleil. Richard est glamour et dangereux, touchant et dégueulasse. Richard a le nom et la figure de tous les manipulateurs d’aujourd’hui. Richard tient debout parce qu’on le vaut bien.

Troisième Acte de résistance contre la mort, L’Année de Richard pose la question du dictateur contemporain à travers la figure du Richard III de Shakespeare. Parfois on le déteste, parfois on voudrait le prendre dans nos bras. C’est peut-être aussi ce qui amène les magiciens de la langue au pouvoir aujourd’hui.

illustration © Belette

ill. by belette

Texte Angélica Liddell

Traduction Christilla Vasserot

Adaptation Cie Maskantête

Mise en scène Anne-Frédérique Bourget

Création lumière Bastien Gérard

Création sonore Alexis Sébileau

Scénographie Nicolas Calado

Mouvements Cristina Santucci

Avec

Azeddine Benamara

Lauriane Durix

Alexis Sébileau

Soutiens

Le Biplan, L’Antredeux, Action Culture (Université de Lille), la ville de Petite-Forêt, Le CentQuatre, Théâtre Massenet, la Région Hauts-de-France, la ville de Marcq-en-Baroeul

L'année de Richard
L'année de Richard

© Simon Gosselin

L'année de Richard
L'année de Richard

© Simon Gosselin

L'année de Richard
L'année de Richard

© Simon Gosselin

L'année de Richard
L'année de Richard

© Simon Gosselin

1/6

Azeddine Benamara
Issu de l’EPSAD (Ecole Professionnelle Supérieure d’Art Dramatique des Hauts-de-France), Azeddine Benamara débute sa carrière de comédien avec Stuart Seide (Dommage qu’elle soit une putain, Hijra, Paysages Pinter et Hamlet(s)), Jean-Paul Wenzel (Je tue donc..., Tragédies miniatures), Vincent Goethals (Paroles d’Alger), Gérard Izing (Zoo Story) et David Gery (Avoir 20 ans dans les tranchées). Depuis 2011 il travaille avec la Cie El Ajouad, sous la direction de Kheireddine Lardjam (End/igné). Il pratique le chant et l'harmonica.

 

Lauriane Durix
Formée au Conservatoire Départemental de Roubaix en Art Dramatique et titulaire d’une licence Arts de la scène de l'Université Lille 3, Lauriane Durix joue dans Trois fois Swann par Les Arpenteurs, Le Reste du temps par la Cie Idées Reçues et au sein de l’Association Pour un Théâtre d’Oklahoma. Elle participe à de nombreux stages de danse contemporaine, notamment avec Cristina Santucci.

 

Alexis Sébileau
Issu du CMDL (Didier Lockwood), Alexis Sébileau (batterie, percussions) accompagne différentes formations et orchestres, jazz, pop, musique kabyle. Il collabore avec le spectacle vivant en jouant pour des compagnies de danse à Paris et pour les créations de Maskantête. Dans L'Année de Richard il est musicien live et développe le jeu avec les comédiens.

Angélica Liddell

L’auteure espagnole met en transe les plateaux, de festivals internationaux en créations dans les lieux les plus importants du théâtre contemporain, par sa radicalité et sa poésie. Elle est la créatrice de la compagnie Atra Bilis Teatro et joue et met en scène ses créations depuis 1993. En écrivant sur ses douleurs intimes, elle décrit l’insupportable pour mettre en lumière les combats humains, juste humains : la fermeture des frontières, la transformation des enfants en armes de guerre, les dangers de laisser la peur prendre le pouvoir. Tout ce qui se cache dans les zones les plus sombres de l'être humain, les zones les plus dangereuses à traverser, constitue pour Angélica Liddell des appuis pour révéler une beauté qui pourrait sauver.

Ce qu’en dit la presse

 

« C’est à la fois kitsch et rock’n’roll, sérieux et amusant. Musique live, danse et théâtre s’entremêlent pour donner à la pièce un rythme endiablé et une énergie folle qui nous contamine. Et nous contaminer, c’est bien un peu leur volonté : la compagnie Maskantête propose au public de venir partager le plateau, d’écrire l’histoire avec elle. C’est souvent drôle, c’est parfois dérangeant, c’est toujours déjanté : on ne peut qu’avoir envie de les rejoindre ! » La Provence

 

« La compagnie Maskantête réussi à nouveau à porter avec force, énergie et conviction un texte puissant. Porté par un duo de comédiens complémentaires, au jeu très expressif, elle nous incite à la réflexion. Réveillons-nous nous dit-elle avec ce texte visionnaire d'Angelica Liddell ! »  Le Théâtre côté cœur

 

« Voilà du théâtre contemporain qui fait sens ! »  La Nouvelle Claque

 

Ce qu’en dit le public

 

"Tableau de la société très net" - "Étonnant" - "On ne peut pas ne pas écouter le comédien"

DATES

ARTÉPHILE

FESTIVAL D'AVIGNON 2018

avec le soutien de la région Hauts-de-France.